file Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes

Plus d'informations
il y a 3 ans 2 mois #20043 par Vuld Edone
Hi'.

On en a déjà parlé dans l'éditorial alors je ferai court. Le projet "point final" (ouais, c'est un titre temporaire) consiste à compléter les textes inachevés dans la bibliothèque des Chroniques. Tout est encore à faire mais on a déjà décidé du premier texte qui jouerait ce rôle :

Un pont par-delà les brumes (de Leste-Plume)

La priorité, bien sûr, est d'aller relire ce texte question de se remettre l'histoire et le cadre en tête. Une fois cela fait, il faudra discuter de la suite qu'on prévoit d'écrire. Ce qui signifie pas mal de planification.
Il faut déjà décider :
1) De la manière de distinguer ces chapitres "artificiels" du texte d'origine.
2) Du nombre de chapitres qu'on prévoit d'écrire. Je pense qu'ici 2 chapitres suffiront.

Cela fait, on discutera du plan lui-même, et de ce qu'on imagine, à mesure qu'on aura du temps pour plancher sur le texte même. Autrement dit, chroniqueurs,
à vos plumes.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 2 mois - il y a 3 ans 2 mois #20058 par Mr. Petch
Réponse de Mr. Petch sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Le titre temporaire est bien, je le garderais !

Pour l'instant, pour répondre simplement aux deux premières questions :

1) De la manière de distinguer ces chapitres "artificiels" du texte d'origine.

Quand tu dis "distinguer", tu penses seulement au niveau de la présentation ou aussi au niveau du contenu, du style ?

Si c'est la première solution, je vois ça comme ça de mon côté : en tant que texte, il ne se distingue pas du reste. Pas de changement de typo, par exemple. La distinction se fait au niveau de la diffusion dans la bibliothèque. Je suggérerai :
- d'introduire le texte avec un chapeau qui explique en quelques lignes la démarche, les participants...
- de mettre un signe distinctif dans le titre
Dans l'idéal, et ça dépend de la façon dont évolue la bibliothèque, j'aurais vu une icône significative après le titre dans la bibliothèque, icône cliquable qui permettent d'accéder au topic sur le projet "point final".

ça ferait quelque chose dans ce genre (le smiley remplace l'icône) :

Un pont par delà les brumes

[Point final] Chapitre 4 : Le conseil des moins Anciens :)


**

2) Du nombre de chapitres qu'on prévoit d'écrire. Je pense qu'ici 2 chapitres suffiront.


Oui, 2 c'est bien.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 2 mois #20077 par Elfiriond
Réponse de Elfiriond sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Super projet ! L'idée est top ! J'ai hâte de voir les résultats !

Juste un point, avant de s'atteler à la tache, ne faudrait-il pas chercher à contacter l'auteur initial pour avoir son avis, juste par principe ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 2 mois - il y a 3 ans 2 mois #20079 par Krycek
Réponse de Krycek sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
@Elfiriond : je l'ai contacté mais pas eu de réponse (cf Topic sur Edito de Mai ou Juin)

@Vuld : je partage l'avis de Mr Petch. Je réfléchissais à créer un auteur nommé "Collaboration" ou à attribuer nos chapitres à Leste-Plume, la deuxième solution étant plus correcte je trouve.
Quoiqu'il en soit l'introduction à chacun des chapitre sera effectivement nécessaire avec un lien vers le topic de travail sur le sujet. ce qui permet de glisser les chapitres de Point Final à la suite de la saga, sans pour autant flouer le lecteur.
Quant au nombre de chapitres ça dépend de ce que l'on prévoit d'y mettre non ? :)


J'ai relu hier soir les 3 premiers chapitres et voici ce que j'ai noté :

Eléments notables
- Un village entouré de remparts (pas très hauts)
- Un quartier en damier supposé hanté
- Une vieille tour de garde avec une vue touristique
- Une forêt à la faune et flore prolifiques mais dangereuse
- Un pont qui part dans la brume (mais vers quoi ?)...
- ...appuyé sur une falaise mais qui surplombe quoi ? (de l'eau, la brume, la forêt ?)
- nos personnages principaux sont des gnomes...
- ...très petits...
- ...très peureux.... Vraiment très peureux.
- quelques personnages identifiables.

Lorsque l'on fait une suite, le must reste de s'appuyer sur les fondations plutôt que de les balayer AMHA, ce pourquoi j'ai noté ces points de repère.
Clairement nous n'avons ici qu'un point de départ et ce contexte d'environnement n'appelle qu'à bouger, explorer le brouillard de guerre.

La suite ?
Je vais faire une proposition simple et naïve de ce que pourrait être la suite (après tout le but est de clore la saga, pas de quitter le style initial pour un essai littéraire). Le but ici est de donner des idées hein, pas de tout prendre.

Je reprends donc la peur de nos personnages comme centre de l'histoire :
- La (fameuse) grosse bête a flairé la piste des gnomes et attaque la ville
- Les courageux gnomes s'égaillent ou se font étriper
- une partie se réfugie dans la tour (refuge logique)
- une autre partie bien plus apeurée ose malgré elle traverser le quartier "hanté" et se retrouve au pied du pont

Et ici j'avais dans l'idée de leur faire peser le fait de rejoindre les potentiels survivants, sachant qu'on estime que la bête a fini les villageois et pénètrera tôt ou tard la tour, contre le fait qu'il faille repasser le quartier hanté pour potentiellement se faire dévorer de l'autre côté. (on peut reprendre l'idée de la fabrique du tanneur qui repousse la bête temporairement).

Ils en viennent à choisir devoir la moindre de 2 peurs : le pont contre la bête/les fantômes/leurs amis morts/la forêt. Ceci fait suite au début du récit où il est expliqué qu'ils sont un peuple "nomade" à l'origine et on suppose qu'ils ont fui ici déjà auparavant, et reprennent à nouveau la fuite vers le pont.

On peut aussi faire un épilogue avec les villageois de la tour qui auront su trouver du courage et réussi à tuer la bête, leur gain en confiance les pousse à s'installer dans les arbres de la forêt (le village étant détruit et trop chétif) et à se tailler des cojones.
J'aime ici l'idée que d'une tribu, deux peuples (voire deux espèces) naîtront : les voyageurs du pont et les gnomes des forêts.


Bref, je sais que je vais avoir peu de temps pour l'écriture en tant que telle alors je tenais à donner des idées en vrac. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 semaine #20205 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Je viens de relire les 3 chapitres et je fais au moins un constat évident : la saga était prévue pour faire encore beaucoup de chapitres.

Chapitre 1 :
-- Il y a une forêt hostile, un village dans la forêt, de gnomes, collée à un pont dont on ne sait rien et plus craint que la forêt
-- Xyrf (aka Leste-Plume) est chétif, a de grosses lunettes, ne sert honnêtement à rien et passe ses journées dans la tour de garde
-- Son neveu vient l'avertir que les chasseurs reviennent. Il passe par un quartier dont on ne sait rien et également craint, va voir le tanneur qui pue puis enfin le reste du village avec Souffle-flûte, le chef, qui se préparent à accueillir les chasseurs
-- Un des chasseurs est mouru et le chapitre s'achève sur le cliffhanger du "comment qu'il est mort"

Chapitre 2 :
-- Munkark (ou quelque chose comme ça) en était à sa première sortie. Il avait super faim alors il s'impatiente, prend son arbalète et s'éloigne du groupe
-- Paf un loup, le groupe part à sa poursuite, arrive à la grotte, tue la louve et retrouve machin mort
-- Le groupe capture un louveteau qu'ils ont ramené au village. Leste-Plume aime pas ça

Chapitre 3 :
-- Repas chez Dixa, la femme du frère de Xyrf, où que ledit frère est grmf mais au final ça va.
-- Après le repas les deux frères fument et là celui qui était grmf parlent des castors pas cool et d'un ours.
-- Ouais c'est un ours.
-- Ils vont le dire au conseil du village qui cherche des solutions mais comme le frérot est dépressif il déclare qu'it's hopeless, we must give up et le chapitre se finit sur le "... à part si on traverse le pont".

À mon avis les prochains chapitres auraient continué au village, avec toujours plus de mauvaises nouvelles en faveur de l'exode mais aussi toujours plus de refus du conseil et des habitants, jusqu'à la "catastrophe". On n'aurait alors eu qu'un groupe réduit qui aurait passé le pont pour l'inconnu.
Deux autres éventualités étaient, l'une, que frérot et Xyrf montent une expédition pour traverser le pont, voir ce qu'il y a de l'autre côté, puis reviennent faire "eh, c'est bon, on peut y aller". Dans l'ordre canonique du drama le frérot (Tête-de-Loup) y serait allé le premier, aurait disparu et Xyrf aurait fini, comiquement, par y aller à son tour.
L'autre était de prendre le message complètement à revers et, par une suite de péripéties, se retrouver à chasser l'ours (le traquer, le tuer dans son sommeil). Ça ne règle pas le problème à long terme (c'est le dawa) mais ça aurait renforcé le message des gnomes qui survivent malgré tout.

Dans tous les cas, cela aurait demandé au moins une dizaine de chapitres.

Et ça ne résout pas deux ou trois questions centrales.
1) Le mystère du pont
2) Le mystère du quartier "hanté"
3) Le rôle du louveteau
Je souligne particulièrement le cas du quartier. Autant le pont si on le traverse on a toutes les réponses qu'on veut, autant le quartier si on quitte le village précipitamment on ne saura jamais vraiment. Et comme Xyrf est le seul à bien vouloir s'y rendre, il y aurait au moins un chapitre à dédier pour que, pour une raison ou une autre, il s'y rende effectivement.
En bref : on ne peut pas quitter le village avant d'avoir au moins donné une partie des réponses. Et allant plus loin, on doit axer tout le texte non sur la survie de la tribu mais sur la résolution du mystère.

À noter que côté refuge les galeries sont plus sûres que la tour. Mais bref.

Pour le moment je n'ai encore aucune idée de comment gérer ça. Le plus important à mes yeux n'est pas la manière dont on résoudra l'histoire (ni le nombre de chapitres qu'il nous faudra, même si dans l'esprit du projet il faudra en faire le moins possible) mais plutôt la manière dont on exploitera tous les anciens éléments.
Et j'avoue que le louveteau à part le dresser ou le libérer pour causer la pagaille les options sont plutôt limitées. Et le dresser bof quoi.
Il faudrait plutôt voir tout ça vraiment comme un puzzle, où Xyrf est le principal acteur, et il faut juste remettre les pièces en place. Avec le conseil et le village comme véritables opposants, vu qu'eux ne veulent pas résoudre l'énigme.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 11 mois #20219 par Mr. Petch
Réponse de Mr. Petch sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Ayant lu le texte voilà ma vision. Comme vous avez déjà donné des commentaires et des pistes, je vais partir de là plutôt que de tout reprendre.

Alors. D'abord, on a les mystères à résoudre, et ça c'est bien le point de départ.

Et ça ne résout pas deux ou trois questions centrales.
1) Le mystère du pont
2) Le mystère du quartier "hanté"
3) Le rôle du louveteau


Après, on a les solutions. Dans ce que j'aime bien, il y a :
chez Krycek ;

Ils en viennent à choisir devoir la moindre de 2 peurs : le pont contre la bête/les fantômes/leurs amis morts/la forêt.

J'aime ici l'idée que d'une tribu, deux peuples (voire deux espèces) naîtront : les voyageurs du pont et les gnomes des forêts.


J'aime particulièrement l'idée de "et ainsi naquirent les deux tribus légendaires de gnomes, les gnomes-du-pont et les gnomes-de-la-forêt"

chez le renard :

Autant le pont si on le traverse on a toutes les réponses qu'on veut, autant le quartier si on quitte le village précipitamment on ne saura jamais vraiment. Et comme Xyrf est le seul à bien vouloir s'y rendre, il y aurait au moins un chapitre à dédier pour que, pour une raison ou une autre, il s'y rende effectivement.


C'est déjà un élément de l'histoire : lier Xyrf et le quartier hanté. On a une partie des pièces.

Et j'avoue que le louveteau à part le dresser ou le libérer pour causer la pagaille les options sont plutôt limitées. Et le dresser bof quoi.


Oui, important de remettre le louveteau dans la balance. Et d'accord avec l'idée que le dressage, c'est plutôt bof.

**

Si l'idée est de se demander comment les éléments antérieurs doivent être exploités, et résolus, il me semble logique de dire que les deux mystères doivent s'imbriquer, d'une façon ou d'une autre. Je pense que c'est ça qu'il faut qu'on trouve : l'articulation entre les mystères. Après viendra l'histoire.
Un exemple d'imbrication au pif :
- le pont et le quartier sont tous les deux liés au fait que, dans ce village de gnomes, les morts survivent. Le pont mène à une forme de "vie après la mort", et les maisons sont habités par les fantômes. L'arrivée de la bête va déclencher la rencontre entre les gnomes et leurs ancêtres morts.

Un autre exemple, tiens, pour le fun :
- le quartier est en réalité habité par des êtres supérieurs (fées, elfes, extraterrestres) qui maintiennent les gnomes dans une illusion, et les ont interrompus dans leur nomadisme. Dès lors, le pont n'existe pas, il n'est qu'un leurre pour les empêcher d'aller plus loin. A partir de ça, j'imagine bien un twist où Xyrf découvre leur existence, mais se laisse tenter par leur promesse de devenir le chef du village.

Allez, comme je suis en forme, un troisième exemple d'imbrication :
- les anciens du village mentent ! Ce sont eux qui font peur aux petits pour les empêcher de découvrir que le quartier hanté sert à abriter un peuple de monstres asservis par eux pour aider à la défense du village. Mais le village étant en danger, les secrets ne vont-ils pas devoir éclater.

Après, j'avais aussi une autre idée avec le fait que de l'autre côté du pont, il y avait un autre village de gnomes, avec un autre quartier hanté, et que du coup on était dans une sorte de trip "mondes parallèles" en miroir. Mais là j'ai plus de mal à développer ça et à le rendre vraisemblable.

Il me semble qu'en partant de ces résolutions, on peut inclure certains éléments évoqués plus haut, d'une façon ou d'une autre :
- Xyrf est celui qui résout le mystère du quartier hanté
- à un moment donné, alternative entre traverser le pont et lutter contre les bêtes
- la confrontation avec le danger divise le village en deux

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 11 mois #20221 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Je pense que diviser le village en deux est au final la meilleure option. En tout cas la plus populaire, et la plus cohérente.

Cela dit, un bémol pour le monstre. C'est un ours. Beaucoup de l'humour du texte (car oui, le texte a de l'humour) est que les grands dangers de la forêt viennent juste du fait que les gnomes sont petits. C'est juste une forêt banale avec des animaux banals et cet ours se fiche complètement du village.
En disant qu'un gnome soit plus grand qu'un louveteau, un louveteau à la naissance c'est mettons 8 cm. Le gnome fait maximum 20 cm. Comme un gnome de jardin au final.
La louve avait chopé un gnome comme elle choperait un lapin.

Donc je me dis que l'attaque est en fait une mauvaise idée. On risque de perdre en ambiance en rendant la forêt trop active. De même, je pense que tout le surnaturel devrait être évité autant que possible. Plus on peut expliquer les choses simplement -- en amont, hein, les gnomes eux doivent avoir leurs croyances -- mieux c'est.
...
...
Non.

Je crois que je viens de comprendre.
Ce n'est pas une forêt. C'est un jardin mal entretenu. Ce n'est pas un pont qui enjambe une rivière, c'est un petit pont de jardin presque pour enfant, comme on en fait pour enjamber une mare.
Okay okay voilà le topo. Imaginez un jardin type château, assez vaste. Pour une raison ou une autre, on y fabrique un village de gnomes, question de décorer. Puis le jardin est laissé à l'abandon, la végétation pousse, les bêtes s'y rendent. Et pour une raison ou une autre, les gnomes "prennent vie".
-> Ça expliquerait la présence du pont. Et pourquoi ils croient venir de là.
-> Ça expliquerait les maisons supplémentaires. Et pourquoi elles sont "toujours en état".
Ça expliquerait aussi pourquoi la nature devient de plus en plus agressive. C'est simplement qu'au départ le jardin était encore propre, herbe courte et animaux rares ou inexistants. Puis soudain paf des herbivores, genre lapin. Puis soudain paf, des loups. Et là les gnomes se mettent à fabriquer des remparts.

Alors bien sûr ça n'explique pas tout : pourquoi un village de gnomes dans un tel jardin... pourquoi les gnomes "auraient pris vie"... mais ça colle... tellement... à l'ambiance que je vois dans ce texte que je suis pour cette solution-là.
Et cela signifie aussi que, très probablement, au-delà du pont il n'y a... rien. Juste encore plus de jardin. Et donc encore plus de forêt.

Si on adopte cette vision-là alors la réponse se trouve uniquement dans le quartier hanté.
Je pense qu'on peut faire ça en deux chapitres :
1) Le frère de Leste-Plume, avec sa femme (et son enfant ?) traversent le pont. Xyrf assiste aux efforts du village en son absence et est de plus en plus dirigé du côté du quartier hanté.
2) Sans le frère de Xyrf ça tourne mal. Le louveteau s'enfuit (ou les loups veulent venir le chercher) et le village semble perdu. La femme (ou l'enfant ?) du frère revient et fait "y a rien de l'autre côté du pont". Xyrf va alors dans le quartier hanté et y découvre, ben, que c'est artificiel. Un simple décor.
La fin du texte n'a pas à expliquer les dessous de l'histoire, à savoir que c'était un jardin ou tout ça. À mon avis il faut juste le laisser deviner au lecteur. Outils de jardinage, outils de sculpture et de travail de la glaise. Mais pas, par exemple, de "statue de gnome en fabrication", ça ce serait grossier.
Juste, alors que dehors le village semble perdu et que tous paniquent, mettre Xyrf devant ce constat. Le quartier hanté recèle le passé, à savoir, ils ont toujours été là, et le village est artificiel.

Mh.
En y repensant c'est incohérent. Un barrage de castors pour un petit cours de jardin, bof. Ce n'est sans doute pas ce qu'avait Leste-Plume en tête.
Ça mériterait d'y réfléchir encore.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 11 mois #20223 par Krycek
Réponse de Krycek sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
J'aime beaucoup les films qui ont plusieurs lectures ou des fan theories et ceux-là comptent parmi mes préférés (Matrix, The Fountain, Inception, etc...).

En continuant sur vos idées, ne pourrait-on pas en faire de même ici ? Continuer à décrire un monde sombre et rude pour les gnomes avec une séparation des espèces (ceux-du-pont et ceux-de-la-forêt) en résolvant les mystères sans trop de fantastique, juste du mystère. Dès lors on a une histoire qui se tient et on peut utiliser ce canvas pour y appliquer la topologie des héros/légendes.

Et au delà de ça on reprend l'idée, que j'aime beaucoup, de Vuld sur le jardin mal entretenu et on construit le décor là dessus. Dès lors seule la vision des gnomes du jardin nous permet d'altérer la réalité et le faire passer pour un truc fantastique. On ne donne bien sûr pas la clé de ce mystère dans le texte, on laisse juste des petits cailloux, des indices pour le lecteur qui aimerait à y trouver une deuxième lecture.

Ainsi on continue sur la trame principale des personnages et on résout les mystères avec cette deuxième lecture (réelle) du décors qui est un jardin de cité/campagne.


Quant aux personnages je ne suis pas fan de placer Xyrf sur un piédestal comme archétype du héros-masculin-qui-n'a-que-des-faire-valoir-comme-amis. Ne pourrait-on pas creuser là dessus ?

Pour autant il faudra que l'on reste sobre dans l'écriture pour résoudre le tout de façon courte mais efficace.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 11 mois #20227 par Mr. Petch
Réponse de Mr. Petch sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes

J'aime beaucoup les films qui ont plusieurs lectures ou des fan theories et ceux-là comptent parmi mes préférés (Matrix, The Fountain, Inception, etc...).


Même si je ne suis pas fan de ce genre de film, je dois bien avouer que l'idée du renard du "jardin mal entretenu" est très séduisante : elle a le mérite de l'originalité. Après (mais je crois que c'est ce que Krycek suggère), je pense qu'on peut écrire l'histoire en ayant ça en tête, sans forcément faire de la révélation un passage obligé (ce serait rendre le texte trop faible, je pense).

Par contre, il faut se dire que c'est une vraie difficulté pour un texte collectif : il faut qu'on soit bien clair sur le degré à donner à cette explication pour que le texte soit homogène.

Quant aux personnages je ne suis pas fan de placer Xyrf sur un piédestal comme archétype du héros-masculin-qui-n'a-que-des-faire-valoir-comme-amis. Ne pourrait-on pas creuser là dessus ?


Mmh... Je dois dire que ce qui me séduisait plus, c'était de transformer Xyrf en une sorte d'anti-héros, voire de personnages devenant "méchant", ou du moins ambigu. Il me semble que son frère (dont j'oublie le nom a l'instant) a plus le profil du héros "stéroétypique", là où Xyrf peut permettre . Et on en revient à cette idée des deux espèces, du coup, avec deux visions du monde symbolisées par les comportements des personnages.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 10 mois #20261 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Les gens, je suis en train de me dire que "continuer l'histoire" est trop difficile.
Enfin non.
Continuer une histoire c'est facile, je l'ai déjà fait mais le problème est que quand on fait ça, on le fait en cadavre exquis. Le plus souvent en ignorant ce qui précède. Et c'est en fait notre casse-tête, on essaie de faire coller la suite à ce qui précède.

Je suis en train de me dire que quitte à continuer l'histoire, on devrait même se permettre de la réécrire. Version de l'auteur, inachevée, version des chroniqueurs qui l'ont repris.
Si on se permet de tout reprendre du départ, on n'aura aucune crainte à changer tout ce qui nous pose problème, et à préparer nos propres éléments. On sait pas quoi faire du loup ? On le supprime, ou on lui donne une autre place. Le quartier hanté pose problème ? On peut lui faire une refonte complète.

Après on perd un peu l'esprit du projet "Point final" mais je me devais de faire la suggestion.

Accessoirement, on ne devrait pas attendre sur les autres non plus. Un texte commun prend énormément de temps et de coordination. Je me dis qu'à un moment l'un de nous devrait décider de s'y atteler, de prendre son plan et d'écrire les chapitres. Et les autres pourront se tourner vers d'autres textes.
En grande partie je ne suis pas actif sur ce sujet parce que je n'ai pas envie qu'il y ait mon avatar partout sur le forum -- véridique -- mais il y a aussi qu'à ce stade on doit juste fixer le plan et se lancer. On a déjà fait le tour de la question, il ne reste plus qu'à dire "combien de chapitres, combien de pages" et à remplir les cases.

Si on ne se lance pas maintenant on ne se lancera jamais.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #20313 par Zarathoustra
Réponse de Zarathoustra sur le sujet Projet "Point final" - Un pont par-delà les brumes
Je n'ai pas tout suivi (et je n'aurai pas le temps d'intervenir vraiment dans ce très beau projet) mais voilà ma vision de ce texte (d'après mes lointain souvenir). Ce que j'aimais dans ce texte, c'est qu'on ne savait pas si on voyait le monde avec nos yeux ou ceux des gnomes. Pour garder l'esprit de ce texte, il faut garder ce double regard parce qu'il crée une tension intéressante: est-ce vraiment dangereux ou est-ce les gnomes qui se font un lion d'une souris? Ce dilemme rend le lecteur un peu parano.

En tout cas, je trouve qu'il faut vraiment créer cette dimension paranoïaque. Dans un tel monde, on ne sait d'où peut venir le danger. Pour le respecter, il faut retrouver le regard des enfants qui peuvent avoir peur et en même temps ignorer les vrais dangers (cf. le syndrome du petit chaperon rouge, on a peur pour elle alors qu'elle s'en fout). La difficulté, c'est bien entendu que le lecteur arrive malgré tout à avoir une certaine distance pour retrouver son regard d’adulte et malgré tout à détecter les vraies dangers. Pour ça, il faudrait un thème qui lui parle en tant qu’adulte et non en tant qu'enfant.

Je ne sais pas si je suis clair... Ou si telles étaient vos intentions... Ou si ça vous embrouille...

Pas facile votre boulot. J'avoue que c'était aussi une idée que j'avais eu. Il y a une dizaine d'année, j'aurais adoré me joindre à vous. J'adore l'approche collective de l'écriture. J'ai d'excellents souvenirs. Par contre, pour que cela fonctionne, il faut quand même tenir un calendrier sinon on avance pas. Par exemple, fixez une dead line pour produire une partie du texte. Ou définir qui fait quoi. Et ne pas se soucier forcément que le résultat final ne soit pas toujours homogène. C'est un exercice qui doit procurer du plaisir et non faire de l'écriture que une confrontation avec des contraintes.

Je suis en train de me dire que quitte à continuer l'histoire, on devrait même se permettre de la réécrire. Version de l'auteur, inachevée, version des chroniqueurs qui l'ont repris.

Oui, c'est une possibilité. Le risque, c'est que vous passiez surtout du temps à tout réécrire ce qui l'était et que vous n'alliez pas plus loin. Plutôt que réécrire, autorisez des menus modification style supprimer ou déplacer une scène. Sans retoucher le texte en soi.
Réécrire pourrait faire l'objet d'une autre mission des CCC. Réécrire un texte d'un débutant.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: SanKundïnZarathoustra
Propulsé par Kunena