Imprimer
Catégorie parente: Fantasy
Catégorie : Trois noms d'Alarielle (Les)
Affichages : 990
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

     Maintenant que vous connaissez un peu mieux l’auteur de ces pages, je tiens à souligner les transformations que j’ai pu effectuer sur le contenu du manuscrit. Bien sûr, j’ai simplifié et supprimé tout ce qui pouvait être gratuit ou banal à la compréhension de sa personnalité et de son histoire.

Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, j’ai finalement très peu travaillé sur la structure du journal en lui-même. Sauf à quelques rares moments, Allariel respecte très rigoureusement le déroulement de son histoire et ne dévoile les rebondissements qu’avec un surprenant sens du suspense, comme si elle voulait elle-même redécouvrir son histoire. Bien sûr, il y a parfois des phrases ou des allusions que j’ai écartées de manière à renforcer le côté romanesque de son histoire, mais, entendons-nous, je n’ai rien inventé ni transformé. D’ailleurs, plus l’écriture de son journal avançait et moins j’ai eu à intervenir.

 

     Bien sûr, ce journal ne se termine pas aussi exactement là où je l’ai fait s’arrêter. Mais j’ai préféré le terminer à cet instant précis car la suite, très courte, n’apportait pas beaucoup d’éléments significatifs et aurait laissé l’histoire en berne. Il s’arrête en plein milieu d’une phrase et les probabilités que l’elfine ait continué sur un second carnet sont énormes... Une fois ma traduction terminée, je l’ai bien sûr signalé à mon commanditaire. Ce dernier ne m’a pas donné beaucoup d’informations. La seule chose qu’il ait consenti à me dire, c’est qu’il ne lui connaissait ni Allariel ni Ameryel comme prénom, mais celui d’Ainairiel, et que c’était a priori une toute autre histoire que la sienne. J’ai noté dans ces derniers mots, en forme de pirouette emplie de pudeur, qu’une vive émotion restait présente à son évocation et je l’ai bien sûr respectée en ne l’importunant pas davantage. Parallèlement à ce petit aveu, j’ai fait des recherches dans différentes archives pour en savoir davantage sur elle et ses trois identités, mais elle a conservé ses secrets. Par contre, j’ai retrouvé à plusieurs reprises des traces d’une certaine Grienlyce. Si elles n’éclairent pas davantage l’histoire, je pense néanmoins que notre elfine a dû séjourner en Bretonnie puis dans notre Empire. Peut-être y a-t-elle fini ses jours ? En tout cas, cette fin me plaît et, comme je l’ai dit à mon ami, qui de son côté n’a rien démenti, j’espère qu’elle a su choisir la bonne voie.

 

     Voilà, vous connaissez presque tout ce que je connais de cette elfine, je vous laisse la juger. Pour ma part, c’est fait et j’espère que, comme moi, vous saurez lui excuser ses folies pour découvrir que nous, humains, n’avons guère fait mieux dans notre propre Histoire. Nous avons beaucoup à apprendre de ce peuple, en voici l’exemple, tâchons d’y trouver le meilleur et de nous protéger du pire. Et Zarathoustra, votre serviteur, n’avait nulles autres intentions et vous souhaite un bien meilleur destin.

 

Fin

Connectez-vous pour commenter