Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; uddeIMAPI has a deprecated constructor in /datas/vol2/les-chroniques.eg2.fr/var/www/les-chroniques.eg2.fr/subdomains/www/html/components/com_uddeim/uddeim.api.php on line 49

file Style: Les longues phrases

Plus d'informations
il y a 5 mois 1 semaine #21265 par Zarathoustra
Zarathoustra a créé le sujet : Style: Les longues phrases
Ces derniers temps, je remarque que plusieurs d'entre nous se lancent dans des phrases assez longues. La difficultés est effectivement de les réussir sans que le lecteur soit déboussolé ou que leur rythme s'essouffle.


Aussi, j'aimerai voir avec vous comment améliorer certaines d'entre elles que j'ai utilisées dans "L'Iconoclaste". Je tiens à jouer avec leur longueur car je veux que ce texte nécessite une certaine concentration du lecteur. Disons qu'il se sente à la fois bienvenu mais aussi qu'il ait le sentiment de ne pas être totalement à sa place. Pour ma part, je ne les conçois pas vraiment dans des descriptions mais plutôt dans un cheminement de pensée. Donc leur longueur reflète également l'idée que la pensée se déroule au fur et à mesure que la phrase avance.


La Première Phrase:

D’ailleurs, c’est toujours la même histoire qui se répète : je désire que toi ou le lecteur me lisiez jusqu’au bout, dans une curieuse relation voyeur exhibitionniste que j’appelle malgré moi à chaque fois que je termine un texte, et je dois alors vous attirer à moi, qui que vous soyez, quitte à grimer mon histoire d’atours qui aiguiseraient l’excitation de chacun à poursuivre l’expérience que je l’invite à vivre, jusqu’à l’emmener, pas à pas, dans un monde qui me serait infiniment et diaboliquement plus personnel, là où jamais personne n’aurait voulu s’aventurer si je n’avais pas procédé ainsi.


La seconde: elle clôt le témoignage de la personne qui raconte son histoire et qui évoque son échec à faire son autoportrait.

Au bout du compte, grâce à ce genre d’interrogations, je parvins à nettement progresser dans mon travail. Je finis même par éprouver une certaine fierté d’avoir obtenu un tableau aussi fidèle à mes aspirations initiales, jusqu’au jour où j’ai soudainement affronté ce regard inconnu braqué sur moi qui, en quelques secondes à peine, me fit réaliser qu’il me fallait une nouvelle fois repartir à zéro parce que, au plus profond de moi, j’ignorais encore et toujours qui j’étais, mais, en même temps, j’y avais perçu une nouvelle direction très nette pour atteindre enfin mon but.

C'est une phrase importante parce qu'elle clôt à la fois l'introduction et est en même temps censé faire basculer le lecteur dans l'histoire. Un peu comme s'il basculait dans le miroir.

La Troisième:

Mon travail d’écrivain commence certainement là, quand je parviendrai à transmettre avec la même force, à travers ce que je cherche à créer, une expérience capable de modifier le regard de quiconque lirait mes textes et devinerait tout à la fin qui je suis lorsque je plonge à mon tour mes deux yeux dans son propre miroir.

Cette phrase est importante parce qu'elle clôt la nouvelle. Elle est censé faire écho au début du texte. Son rôle est pour ainsi dire de boucler la boucle et d'amener le lecteur à reconsidérer ce qu'il vient de lire (et idéalement à précisément comprendre l'enjeu du titre du texte).

J'ignore si c'est possible de vous associer à moi sans avoir lu le texte, mais je me dis que ces phrases doivent être lisible y compris sorties de leur contexte. Du moins au niveau de leur rythme. Or effectivement, mises ainsi, j'ai la nette impression qu'elles ne fonctionnent plus.
Donc j'aimerai voir avec vous comment garder leur unité parce que j'ai envie que le lecteur soit un peu aspiré par elles et en ressorte un peu chamboulé, mais avec une idée qu'il ne s'attendait pas à recevoir en commençant la phrase. En fait, j'aime que le lecteur soit à un moment un peu perdu et cherche ses repères, comme s'il était pris entre plusieurs courants et que d'un coup, il y avait un rocher sur lequel il peut se poser et sortir de l'eau. J'ignore si c'est une bonne chose mais je me dis que le rocher en question apparaîtrait avec une plus grande force. Accessoirement, la confusion de ces phrases correspond un peu à la confusion de la personne qui raconte. Elle ne sait plus qui elle est et le comprend un peu mieux à la fin..

Voilà le petit enjeu.

Connexion pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 mois 3 semaines #21288 par San
San a répondu au sujet : Style: Les longues phrases
Oula, je n'ai pas bien compris où tu voulais en venir Zara.
Personnellement, les longues phrases ne me font pas peur mais celles qui sont trop longues ont tendance à me rendre la lecture lente et pénible, à me faire décrocher, à m'endormir, à me faire sauter des paragraphes, à me faire totalement laisser tomber la lecture ou à m'énerver, au choix. Et la limite entre longue et trop longue est évidemment subjective, je pense, chacun en a potentiellement une différente...
Du coup normalement j'ai tendance à ne pas trop écrire de phrases "trop longues" en tout cas à mon goût. Et je me demande si en vrai ça n'arrive vraiment pas?

Connexion pour participer à la conversation.

Modérateurs: SanKundïnZarathoustra
Propulsé par Kunena