file Eutopia - Ébauche d'un univers

Plus d'informations
il y a 2 ans 10 mois - il y a 2 ans 10 mois #21218 par Leagend7381
Eutopia - Ébauche d'un univers a été créé par Leagend7381
Bon, voilà que je livre ici mon plus vieux et cher projet, que j'ai en tête depuis déjà un an. Je ne sais pas exactement ce que j'attends en créant ce sujet. Je sais qu'il est sujet à de nombreuses lacunes, notamment mes connaissances en sociologie. Je pense que je cherche encore à pousser cet univers, et que je le présente plus pour mettre en évidence ses fragilités, ainsi que pour répondre à vos interrogations sur cet univers afin de approfondir un peut plus.

I/L’univers général :

Futuriste « semi » post-apocalyptique. Semi car on ne parle pas de la chute de la société après l’apocalypse, mais au contraire de sa difficile et lente reconstruction.

Géographiquement, la terre a été défigurée par des siècles de guerre, au point de ne plus avoir rien de comparable avec la terre actuelle (ce qui m’évite maintes précisions géographiques). Les personnages se développent sur une carte assez restreinte, une sorte d’îlot à peu près vivable au milieu d’une terre invivable.

Ecologiquement c’est bien évidemment un désastre, on est bien loin des objectifs du développement durable : pollution biochimique de l’air, du sol, des eaux, radioactivité générale, sol encore garnis de mines et d’explosifs comme à la fin de la 1ere GM, mutations et extinction de la plupart des espèces animales. Les maladies se transmettent également à l’homme ce qui entraine fréquemment des épidémies foudroyantes. La dévastation de la plupart des zones cultivables entraine la nécessité de produire une nourriture artificielle, mais cette production est insuffisante à nourrir correctement les hommes.

Technologiquement, c’est à la fois très avancé et très limité. On a une technologie à peu près à la Borderland (pour ceux qui connaissent), c’est-à-dire plus développée aujourd’hui, mais également assez rustique et bricolée, des exosquelettes douteux, des véhicules volants un peu bancals, etc. Mais pour ce qui est du militaire, on est tout de suite dans quelque chose de vraiment moderne, cyborgs, armée robotique, machines géantes, missiles, lasers, etc. On a également le développement de la programmation (IA des robots, etc) et de boucliers (infranchissables, mais assez limités car immenses et lourds).

Socialement, faim, soif, maladie, pauvreté, bidonvilles, et au-dessus de tout ça une classe développée, caractérisée par la blancheur, signe de pureté (les hommes recouvrent leurs visages d’une sorte d’émail, qui leur donne un aspect quasi robotique). La valeur de la vie humaine à énormément baissée, au profit de la productivité.

Militairement, la guerre est constante entre deux grandes factions au nord, alors qu’elle n’est plus désirée. 200 ans auparavant, pour mieux s’annihiler, les deux camps survivants de la planète ont mis au point une intelligence artificielle surpuissante pour contrôler leurs deux nations et gagner la guerre l’un contre l’autre, résultat, les fronts se sont équilibrés et ont fini par stagner. Aujourd'hui les hommes ne savent même plus pourquoi ils se battent, asservis à ces deux programmes infernaux qu’ils ne peuvent désactiver.

II/La carte du monde

Carte d'Eutopia

Cette carte à changer sur différents points, mais reste à peu près la même.

Délimité par la limite point/pointillés on à la limite nord/sud :

-Au nord deux superpuissances bloquées dans une guerre sans fin.

-Au sud un vaste champ de chaos, qui semble peu à peu se réorganiser. Cette zone n’intéresse pas encore les deux grands, mais lorsqu’ils auront finis leur guerre, il semble évident que le survivant viendra prendre le contrôle de ce territoire. Pourtant, la résistance contre cette force est inaboutie. Tandis que les populations les plus proches de la frontière essuient de temps en temps les tirs des deux « Eutopias » et clament la nécessité d’une union des habitants du sud, les peuplades les plus éloignées continuent de se livrer bataille, considérant que la force de l’Eutopia est pure légende et exagération, et qu’une fois le moment venu elles seront tout à fait capables de balayer leurs troupes. Ce sont pour la plupart des petits chefs de tribus, qui se disputent un territoire vaste et désolé, ainsi que les populations de ces territoires, plus considérées comme des possessions que des citoyens.

Il semble alors évident que le front du sud finira par céder.

III/Histoire et personnage

Soan est assez jeune (quatorze/quinze ans), mais est aussi développé qu’un adulte, suite à quelques injections de produits, méthode devenue commune. Son bras gauche ainsi qu’une partie de son torse ont été arrachés lors d’un attentat contre l’Eutopia, et il possède une grande prothèse à la place. Comme tous les humains de l’Eutopia, son système digestif a été remplacé par une greffe au niveau du torse, qui forme une petite cavité où il insère des capsules directement injectées dans le sang. Le système digestif lui-même n’a pas été retiré, mais est atrophié par son manque d’utilisation.

Il travaille dans une usine de production et de réparation de robots. Il est constamment surveillé, au travail comme dans sa vie privée, par P2X, un petit robot multifonction, qui lui sert également de réveil matin et d’agenda. Tous les humains de la société sont accompagnés de la même façon, sachant que ces robots ont le droit de vie et de mort sur eux.

Récemment, et malgré son ancienne expérience des attentats terroriste, il est venu à rentrer dans une organisation résistante. L’histoire se base donc sur son évolution dans la résistance, mais aussi sur la remise en question de la légitimité des cibles, des agissements, ainsi que de la bienveillance des dirigeants de ces organisations. Elle se concentre pour l’instant sur la ville de Soan, Arenoth, mais s’étendra ensuite aux univers du nord et du sud, où Soan jouera plus le rôle d’un spectateur, acteur de sa propre vie et de sa propre évolution dans les mouvements historiques.

IV/L’objectif

L’objectif est de dépeindre l’évolution d’une société lacérée par la guerre au travers des yeux d’un personnage spectateur de ces évènements, et d’y décrire plusieurs systèmes sociaux, leurs idéaux, leurs échecs ainsi que les raisons de leurs échecs. Le récit se terminera peut être sur l’union de ces sociétés en un même mouvement lassé d’horreurs, où alors par l’éradication de ces sociétés, je ne sais pas encore.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 8 mois #21577 par Leagend7381
Réponse de Leagend7381 sur le sujet Eutopia - Ébauche d'un univers
Et bien… je ne fais pas de nouveau sujet, car il est intéressant de voir l’évolution du projet (en un an). Le nom a changé : c’est désormais Erriel.

Finalement, ce projet, c’est un peu un parcours initiatique. C’est le mien propre que retranscrit que personnage. Un parcours qui se fait entre deux ensembles, le rêve et la réalité, et questionnant le lien que l’on peut faire entre les deux. Au fond, une réflexion philosophique, et peut être aussi un peu d’art de vivre. Peut-on réaliser nos rêves ? Ne serait-il pas bon de parfois savoir goûter à ceux-ci en tant que ce qu’ils sont : des rêves ? Comment faire de la littérature un pont entre notre réalité et la fiction qu’il présente, comment donner corps à l’imaginaire ? Erriel, c’est le point central de mon monde, c’est le nom d’une ville, entre l’ouest, qui représente le réel, et l’est, qui représente l’imaginaire. Erriel, c’est ce point qui cherche à relier les deux : c’est mon histoire.
C’est ici le fil directeur de l’histoire, mais il n’est pas le seul.

Je cherche également à questionner les relations humaines, les séparations, les peurs, les colères, l’amour, et tout ce qui fait de nous des êtres humains, avec nos qualités et nos défauts. Deux pôles, Eutopia et Distopia, que, d’apparence, tout sépare, mais qui s’appuient sur un même fondement d’humanité. Eutopia au Nord, Distopia au Sud. Et, encore une fois, au centre Erriel, le point central, celui qui cherche à relier…

Finalement, c’est ce parcours d’ouest en est de mon personnage qui permettra de découvrir ces hommes, qu’il rencontrera dans sa quête du rêve.

Il ne reste plus qu’à mettre en place… et bien… tout !
La géographie (très importante, elle symbolise la réalité et le rêve, et la séparation entre Eutopia et Distopia)
Les personnages, et les sociétés (qui auront vocation à symboliser les Hommes de façon générale)
Les évènements (qui seront ceux d’une SF axée sur le voyage, mais qui devraient également porter des réflexions sur l’homme)
Le background, qui risque de mêler la SF futuriste à l’Ouest, et une forme de merveilleux à l’est.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 8 mois #21578 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Eutopia - Ébauche d'un univers
Je ne suis pas en état de lire plus que ce message, donc navré de ne pas retourner lire le premier jet de cet univers.

Je n'ai pas grand-chose à dire à part que les axes semblent si classiques qu'ils en sont vagues : d'un côté l'imaginaire, de l'autre les relations humaines. Je partage l'envie de toucher au tout à la fois mais, en bon scientifique, je conseillerais de réduire chaque axe à un détail, quelque chose de plus précis et, ironiquement pour l'axe imaginaire, de plus concret.

Un exemple de cela serait l'Atasse, qui n'a aucun texte de loi, aucune législation. Sur l'axe imaginaire, c'est irréel, au sens où on abstrait la justice (au sens du système judiciaire). Sur l'axe individuel, c'est évidemment une justice arbitraire, dépendante des émotions du moment. Il y aurait une foule d'autres exemples possibles mais il serait intéressant de pouvoir cristalliser, concrétiser quelque chose pour chaque axe, afin de construire le monde autour.

Cela dit ma véritable réaction vient du fait qu'Erriel soit placé au centre. Je ne me peux pas m'empêcher de me demander s'il ne serait pas intéressant au contraire de l'excentrer, soit en la plaçant au beau milieu d'un bloc, par exemple en Eutopia, comme un îlot inexplicable, soit en la plaçant dans un "coin" de la planète loin de tout.

Ou alors, pourquoi pas, faire d'Erriel une cité mobile.

C'est peut-être mon côté philosophique, mais quand on parle de juste milieu, on parle d'extrême, de perfection. Un point inaccessible. Placer Erriel au centre, c'est quelque part donner la réponse d'un problème avant même de l'avoir abordé. Ou alors c'est mon côté littéraire qui cherche à éviter un monde trop statique et carré, qui cherche à insérer des failles pour s'assurer que le monde tourne.

Enfin, le nom d'Erriel peut paraître enfantin mais il me plait. Par contre, Eutopia et Distopia sont peut-être trop évidents... Quelque chose comme "Diste & Eutope" passerait mieux, sauf si le texte mise sur l'imaginaire "à-la-Petch", auquel cas les noms fonctionnent très bien.

Et c'est à peu près tout ce que j'arriverai à aligner comme pensées.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 8 mois - il y a 1 an 8 mois #21579 par Leagend7381
Réponse de Leagend7381 sur le sujet Eutopia - Ébauche d'un univers

navré de ne pas retourner lire le premier jet de cet univers.


Il n'est pas encore écrit ^^


Je n'ai pas grand-chose à dire à part que les axes semblent si classiques qu'ils en sont vagues


La tu mets le doigt sur ma principale difficulté. Si je fait ce post c'est justement pour réussir à définir ce que je veux précisément, en tout cas dans l'axe des relations humaines.
Pour ce qui est du parcours entre réalité et imaginaire, je veux garder cette généralité. Je veux donner ma définition du réel et de l'imaginaire dans le livre. Et ce en la montrant. Le style évoluera selon si l'on se trouve à l'ouest ou à l'est. L'ouest extrême ne permettra (dans l'idée) qu'une place minimale à l'imaginaire du lecteur dans ses descriptions, etc. L'est au contraire sera très vague, et ironiquement difficilement compréhensible.


Cela dit ma véritable réaction vient du fait qu'Erriel soit placé au centre. Je ne me peux pas m'empêcher de me demander s'il ne serait pas intéressant au contraire de l'excentrer, soit en la plaçant au beau milieu d'un bloc, par exemple en Eutopia, comme un îlot inexplicable, soit en la plaçant dans un "coin" de la planète loin de tout.


Symboliquement cela voudrais dire que le lien entre réalité et imaginaire ne ferais pas partie du réel ou de l'imaginaire, ou n'aurais paradoxalement pas de lien avec ces deux ensembles.

C'est peut-être mon côté philosophique, mais quand on parle de juste milieu, on parle d'extrême, de perfection. Un point inaccessible.


Tout à fait, mais la fin quand à Erriel reste floue. Elle a vocation à lier le nord et le sud, l'est et l'ouest, mais peut-elle y parvenir ?


Par contre, Eutopia et Distopia sont peut-être trop évidents..

.

La encore c'est voulu. Je veux créer des mondes types, mais c'est un masque, une apparence. En vérité, ces deux opposés sont perméables, et ne sont différents qu'en apparence.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Propulsé par Kunena