file Trois Noms d'Alarielle (les): Chapitre 10- La Boîte à Pandorre

Plus d'informations
il y a 8 ans 5 mois - il y a 8 ans 5 mois #19071 par Zarathoustra
** Ce sujet traite du contenu de l'article: Trois Noms d'Alarielle (les): Chapitre 10- La Boîte à Pandorre **

Mince, je viens de me rendre compte que je n'avais pas mis le bon chapitre! :oops:
Il vous en manque un...
Bon, du coup, vous avez en live quelques unes de mes notes pour l'améliorer...

Bon, dans ce chapitre, il y a quelques idées qui m'intéresse. D'abord le rêve du piano. J'aimerais savoir quelles impressions il fait sur vous.
Puis ensuite, j'aimerais savoir si l'évolution du personnage au fil des paragraphes parait crédible et cohérent.

Je dirais que ce chapitre était censé relancer l'histoire là où le précédent servait de transition. Du coup je vais vous remettre le "bon" chapitre qui débutait la nouvelle partie.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 5 mois #19075 par Zarathoustra
Je reviens rapidement sur cette séquence du rêve. Je vous avouerais que cette séquence est l'une de mes favorites et que je ne sais pas pourquoi. D'abord, parce que je trouve que ce rêve a une résonance que j'espère universelle. Je ne dis pas qu'il sera compris, mais j'aimerais qu'on se dise qu'il nous "parle". A dire vrai, la portée symbolique du rêve m'échappe aussi, mais il me parle quand même. C'est bien là où j'attend vos impressions.

C'est un rêve inventé de toute pièce pour les pensées de l'elfine, avec au départ, aucune intention d'y mettre du sens, donc je suppose qu'il y a certainement malgré toutune part de mon propre inconscient et que je ne le sais pas :laugh: Je crois qu'au départ, il était placé bien plus tard dans l'histoire. Or il se trouve que l'histoire au présent à pris une direction qui a soudain donner un éclairage à ce rêve. Je l'ai un peu retouché pour qu'il soit plus lié à l'histoire, mais de manière très minime.

Comme je l'ai déjà dit, tout ce qui se passe au présent est écrit de manière très libre. Le passé a toujours eu sa direction très précise: je pars de A (Avalon) pour aller à B (Aubemorte) pour en partir. Chaque point raconte l'un des prénoms.Avec toujours cette question en suspens: qui est le vieil homme qui a apporté le journal au traducteur? Avec le Rêve d'Ether que je vous dévoile actuellement, il y a plusieurs possibilités à envisager: le Comte ou Milfred ou Petit Louis.

Pour le présent, il y a deux fonctionnements: l'intrigue qui était tellement simple que jamais je n'avais imaginé qu'elle s'étirerait autant. Je vous avouerais que je n'arrêtais pas de reculer des blocs du passé déjà écrits pour réequilibrer le journal entre le passé et le présent (au tout départ du projet, d'une manière générale, j'avais l'intuition d'un truc pouvant être gros tout comme je n'en étais pas sûr car trop de choses n'étaient pas fixées quand j'ai commencé l'écriture). Et dès le départ, je savais qu'il y aurait une suite qui ne serait pas un journal qui raconterait l'histoire de l'elfine parmi les humains (dont la trame avait été imaginée lors du GTC du Wafo, bref un très très vieux truc).

Et puis, il y a les "pensées" au présent de l'elfine, totalement détachées des intrigues et qui sont complètement improvisées et qui font, à mon sens, la crédibilité du "journal intime" qu'on lit, et dont fait partie le rêve en question. J'en écrivais des morceuax quand une idée me venait et je la mettais de côté pour trouver le moment où cela s’intégrerait à l'histoire. La difficulté est de garder une cohérence avec l'état d'esprit de l'elfine et de son évolution. J'ai parfois dû pas mal modifier la structure de mes chapitres justement parce que ça clochait avec des choses apparut plus tard et qui montrait un raisonnement ou des pensées anachroniques. C'est certainement le point le plus délicat. Si le pensées sont improvisées, elles ont paradoxalement une sorte d'intrigue en elles puisqu'elles doivent être cohérentes entre elles et ce que vis le personnages.

Je sais que ces 3 strates perturbent le lecteur car il se sent parfois ballotter et que ça empêche un peu l'immersion.

Donc ce rêve est pour moi un peu une pièce d'un puzzle qui s'est imbriquée d'elle-même comme par magie. Bref, ça, c'est dans ma tête, dans la votre, je l'ignore, d'autant plus que le sens qui le lie u peu plus à l'intrigue apparaît dans le chapitre 11. Vraiment, j'aimerais que vous donniez votre ressentie sur ce rêve.

Un petit point qui m'intéresserait serait de savoir si vous avez une idée de ce qui va se passer dans le chapitre suivant à partir des éléments dont vous disposez. J'aimerais que vous ayez quand même quelques intuitions. Après, l'idéal serait de vous surprendre mais sans vous surprendre. Que vous vous disiez: "mais c'est bien sûr! Comment je n'y ai pas pensé avant!".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 5 mois - il y a 8 ans 5 mois #19076 par Imperator
Quelques remarques rapides en termes de style:

Je ne peux pas m’arrêter. Une force me pousse à poursuivre, malgré une douleur dans mon cœur.

Cette répétition me paraît étrange. Je tenterais d'améliorer avec un simple "Je ne peux pas m'arrêter: une force...", mais il faudrait le voir à haute voix.
En revanche:

J’ai peur. Et j’ai encore plus peur lorsque je m’arrête de jouer car [...]

Cette répétition m'a paru naturelle grâce au "car" qui justifiait à la fois la peur et la répétition.

À voir si c'est cohérent ou pas, mais ça m'a poussé à réfléchir un peu les répétitions et pour le coup, je trouvais pertinent de le partager.

Aussi:

Certes, il est sorti de moi, mais je le sens vivre à mes côtés comme une nouvelle menace autour de moi.

La répétition du "moi" m'a frappé. Essaie de le dire à haute voix, c'est assez bizarre.

***

En termes de fond:

Voilà pourquoi je le couche dans mon journal. C’est étrange car, maintenant que je l’ai sorti sur le papier, c’est comme s’il me faisait face.

J'ignore le sens de ce rêve, mais j'ai fini par croire qu'il s'agissait d'un accouchement :silly: .

Sans trop savoir pourquoi, je ne peux m’empêcher de penser que l’intérieur du piano est mon propre ventre

En termes de fond, tu répètes au lecteur une information qu'il avait déjà:

Je suis hypnotisée, comme si ce que je voyais était mon propre corps.

Autant le passage n'est pas facile à interpréter, autant là, je dirais que tu manques de subtilité pour donner les clés de lecture (note de l'auteur: le piano est son ventre. Si. Son ventre. À elle. C'est une image!)

***

Si jamais on devait faire éclater ces soupçons au grand jour, plus jamais je n’aurai d’unités.

Je suppose que tu voulais parler d'unité au singulier. Le pluriel est assez comique cependant.

***

Je suis toujours aussi grosse, j’ai toujours mon ventre qui ressort de mon pagne comme si le poison l’avait gonflé.

À ce stade, j'ai envie de crier: "Pourquoi est-ce qu'on me fait perdre mon temps avec l'hypothèse du poison?". D'accord, il y a un petit côté "je l'ai vu venir", mais en même temps, je ne saisis pas entièrement l'intérêt de tout ce passage. Mon seul espoir étant que l'enfant meurt à cause du traitement qu'elle s'inflige, donnant un sens à tout ce périple paranoïaque.

***

Me voilà plonger dans tout ce qui m’agaçait : les petites luttes de pouvoir. Moi qui, un jour, n’est dû mon ascension qu’au prix de telles manigances.

Oulà... la fatigue a fait son oeuvre. (grammaire et conjugaison)

***

Donc:

Je ne dis pas qu'il sera compris, mais j'aimerais qu'on se dise qu'il nous "parle".

J'ai fait des rêves étranges dans ma vie, mais rien qui me paraisse comparable à la scène du piano. En fait, le rêve comme tu le décris ressemble davantage à un récit de rêve tel qu'un psychanalyste espère s'en voir conté. (très clair, sans perte du fil comme cela arrive habituellement)

Vraiment, j'aimerais que vous donniez votre ressentie sur ce rêve.

Fondamentalement, je me suis dit ceci:
- "Un piano? De la musique? Il y a quelque chose d'adolescent là-dedans. Une recherche de perfection, de cette place que l'on souhaiterait occuper dans la société."
- "La douleur du piano... hum... oulà... voyons la suite."
- "Okay, donc le piano est le ventre (c'était déjà assez clair grâce à cette phrase:

Je sens que je suis lié à l’instrument. Je souffre avec lui.

et:

Je suis pétrifiée et en même temps une terrible douleur à la poitrine me vrille.

)
Il y a donc un mal qui ronge de l'intérieur, ou quelque chose d'indésiré."
- "En conclusion... euh... Wut? (*en anglais dans le texte)."
À ce stade, j'aurais interprété le rêve comme l'adolescence qui veut atteindre une certaine place dans la société, mais se rend compte que la société est pourrie et qu'en prenant cette place, elle est devenue pourrie aussi.

Seulement, il y a eu le:

Certes, il est sorti de moi,

Et là, l'idée de la grossesse est devenue claire. Du coup, le début du rêve consisterait en une rencontre amoureuse, avec l'acte amoureux:

Il y a une forme d’ivresse à jouer ainsi. Beaucoup de joie aussi.

Puis la grossesse inattendue:

Peu à peu, une sensation de malaise naît quand j’enfonce une touche.

Et enfin l'accouchement:

Je crois alors comprendre qu’il me supplie, il veut que je l’ouvre.


Globalement, le rêve est malgré tout trop clair. Dans un rêve normal, j'ai l'impression que:
- la rêveuse n'aurait pas pu à la fois se concentrer sur le fait de toucher les touches du piano et la musique produite (possibilité de se concentrer que sur un seul sens à la fois, soit l'ouïe, soit la vue).
- la rêveuse se serait "envolée" avec la musique ou aurait "personnifié" les notes:

Rien de bien distinct, un peu comme si chaque note me parlait.

Ou éventuellement se serait retrouvée dans le noir:

La panique me saisit.

- la rêveuse aurait été "avalée" par le piano qu'elle a ouvert, ou alors aurait senti les rats gratter dans son ventre ou se serait rendue compte que les rats sont dans son ventre ou quelque chose du genre (à nouveau, incapacité à faire exister deux lieux en même temps)

Bref, le rêve est bien trop structuré et constant pour être un rêve normal. Il ressemble davantage à un rêve prémonitoire de film ou dessin animé. Mais dans la réalité, le décor aurait dû changer en même temps que la focalisation de la rêveuse, quand bien même le piano serait constamment resté là et le même.
En d'autres termes, j'ai eu la sensation que tu cherchais à faire passer un message au travers d'une symbolique plutôt que de me décrire un rêve, parce que ce n'est pas vraiment à ça que ressemble un rêve en terme de ressenti. Ce que tu décris est beaucoup trop stable, fluide et clair.

Un petit point qui m'intéresserait serait de savoir si vous avez une idée de ce qui va se passer dans le chapitre suivant à partir des éléments dont vous disposez.

Hum... non, je ne sais absolument pas, parce que j'ai manqué la majeure partie de l'histoire. Je me permets de commenter ce passage parce que la personne avec qui j'avais rendez-vous ce matin a réussi à avoir deux heures de retard et que ça m'a donné le temps nécessaire, mais... je n'ai clairement pas le temps de lire l'entier des trois noms d'alarielle.

Impe, en passant.

ps: lire et commenter ne m'a pris qu'une petite heure en vérité...

ps 2: il y a davantage d'éléments à discuter en termes de style (surtout au niveau des répétitions et de la construction des différentes pensées de l'elfine dans le journal), mais je dois y aller... peut-être plus tard.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 5 mois - il y a 8 ans 5 mois #19077 par Zarathoustra
Pour les remarques de style, les fautes,je plaide coupable parce que j'ai posté ce chapitre sans le relire (puisque je pensais publier le précédent). Et je t'avoue que tu as mis le doigts sur certaines que je n'aurais certainement pas vuées.

Attention : Spoiler !

À ce stade, j'ai envie de crier: "Pourquoi est-ce qu'on me fait perdre mon temps avec l'hypothèse du poison?". D'accord, il y a un petit côté "je l'ai vu venir", mais en même temps, je ne saisis pas entièrement l'intérêt de tout ce passage. Mon seul espoir étant que l'enfant meurt à cause du traitement qu'elle s'inflige, donnant un sens à tout ce périple paranoïaque.

Attention : Spoiler !

En fait, le rêve comme tu le décris ressemble davantage à un récit de rêve tel qu'un psychanalyste espère s'en voir conté. (très clair, sans perte du fil comme cela arrive habituellement)

En fait, mon épouse se rappelle très bien ses rêves, et, quand elles m'en parle, elle est assez structurée. Et n'oublie pas qu'ici, il s'agit d'un acte écrit, donc préalablement pensé, et qui plus est écrit à chaud, donc imprégné de ce qu'elle vient de rêver. Quand on est réveillé par un rêve ou qu'on se réveille peu de temps après, on s'en rappelle avec précision, mais si on ne le note pas dans la minute, il s'évanouit en grande partie.
Maintenant, j'aurais pu effectuvement destructuré volontairement, créer des allers et retours. Un exercice intéressant... Mais sans doute un peu inconfortable pour le lecteur, et surtout, il me semble que cela aurait revenu à sur-surligner des détails un peu lourdement.

Il y a donc un mal qui ronge de l'intérieur, ou quelque chose d'indésiré."
- "En conclusion... euh... Wut? (*en anglais dans le texte)."
À ce stade, j'aurais interprété le rêve comme l'adolescence qui veut atteindre une certaine place dans la société, mais se rend compte que la société est pourrie et qu'en prenant cette place, elle est devenue pourrie aussi

Pour moi, le rêve a deux dimensions. La première est effectivement un message de son inconscient pour lui faire comprendre son état qu'elle refuse de voir (
Attention : Spoiler !
Le second, avec la musique, le besoin enfantin d'en jouer, la peur de faire une fausse note etc. reste pour moi un peu mysterieux tout en me parlant quand même et c'est là que j'ignore si c'est quelque chose de personnel ou pas). C'est tout ce que j'aime dans un rêve (comme les surréalistes), ils nous parlent étrangement avec leur propre logique, mais ils restent mysterieux et fascinants. Quelque part, je n'en demande pas plus. Et si vous ressentez ça, alors ça m'irait. L'idée du rêve m'est venu un soir avant de m'endormir, en pensant à mon elfine. Je l'ai vue en robe bleu claire, un peu comme les images de petites filles sages des livres de Colette rentrer dans une immense salle vide avec ce piano au milieu, et voilà...

je n'ai clairement pas le temps de lire l'entier des trois noms d'alarielle.

Oh je ne te demandais pas ça, t'inquiète. Ce que tu m'as commenté est déjà génial parce que c'est ce que j'attendais. Dude avait fait une petite analyse et un résumé de la première partie, il y a... très lontemmps qui doit être encore sur le forum. Faudrait que je vous la retrouve pour vous faciliter le travail si vous voulez quand même jeter un coup d'oeil sur la suite sans se taper tout le début.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: SanKundïnZarathoustra
Propulsé par Kunena