file Les Martyrs de la Vérité - 1.5

Plus d'informations
il y a 7 ans 9 mois #19688 par Mr. Petch
Les Martyrs de la Vérité - 1.5 a été créé par Mr. Petch
** Ce sujet traite du contenu de l'article: Les Martyrs de la Vérité - 1.5 **

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 7 ans 9 mois #19689 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Re:Les Martyrs de la Vérité - 1.5
Je n'ai pas encore lu le 1.5, qui est plus long que les précédents.

Jusqu'à présent... eh bien, l'absence de commentaire est éloquent. J'ai lu d'une traite, des fautes de frappe ou d'inattention mais un rythme soutenu et maintenant que je me suis vraiment fait à la narration, ça va tout seul. L'action est constamment renouvelée, tout va vite et on se laisse "prendre au jeu".

Tout est même incroyablement bien réglé. À chaque étape, on se dit que l'étape est utile, et qu'on avance. Même quand on fait une halte parmi tant d'autres pour représenter devant la foule, il se passe quelque chose.
La grande force du texte est toujours son univers, mais Agratius est également bien dépeint, intéressé seulement par la Vérité et au final assez enfantin dans sa logique froide.

Surtout, après tant de temps immergé dans la fanfiction... ça fait plaisir de retrouver des phrases ciselées et travaillées, le rythme et les sonorités.
Alors oui, surtout aux chapitres 1.1 et 1.2, la narration est trop soutenue et assez lourde, mais dès le 1.3 ça enchaîne et ça ne dérange plus -- et ça participe vraiment de ce monde qu'on apprécie tant, avec ses propres règles.
Au final, c'est pouvoir enchaîner des phrases assez longues, et malgré tout retomber sur ses pieds à la fin, enchaîner... accumuler les termes descriptifs et malgré tout ne pas saturer, ou au contraire saturer volontairement pour créer l'ambiance. Bref, c'est travaillé et quand même bien maîtrisé.

Ca m'avait manqué, tout ça.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 7 ans 8 mois #19702 par Vuld Edone
Réponse de Vuld Edone sur le sujet Re:Les Martyrs de la Vérité - 1.5
Mon rythme de sommeil est... irrégulier, pour dire le moins, mais j'ai enfin pu consacrer du temps à la lecture des Chroniques.

Sur la forme, une seule phrase est trop complexe :

Il examina la prison de briques à peine sèches aux jointures, à peine dégoulinantes de tracés de mortier de ciment gris en longues échelles sans cesse interrompues dans leurs barreaux sur le fond rouge, et en étudiait la structure...

J'ai décroché à "de ciment gris" à cause de la répétition du "de". L'enchaînement ne se fait pas et le mot "mortier", j'avoue, y a joué un rôle aussi (mortier en tant qu'arme). Non que le jeu de mots ne soit pas intéressant, mais il n'est pas exploité, on parle après d'échelles et le champ lexical est perdu.
Il devait y avoir une ou deux autres phrases un peu difficiles à suivre mais autrement le texte est entraînant et le fourmillement de détails maîtrisé, j'ai pu lire sans jamais décrocher.

Et avec plaisir, je le souligne encore mais bon sang que ça m'avait manqué, les phrases bien dosées, bien rythmées, travaillées...

Sur le fond, il y a quelques problèmes.
La mort de Sapiens est brutale, elle tombe du ciel, ce qui est normal et voulu, et même souhaitable. Mais tout de suite derrière on a l'arrestation qui elle semble sortir de nulle part -- on ne fait pas le lien, ça a l'air arbitraire.
De même, l'évasion semble arriver trop vite, et on se demande presque pourquoi on a pris la peine de nous mettre dans une prison.
Il y a également, mais c'est un bête détail, un déraillement logique : il y avait la quatrième option que le casque soit endommagé, et affiche mal les lueurs. Rasoir d'Occam.

Cela dit, la partie d'Ophélia est une gifle, comme d'habitude, et un véritable plaisir -- un défouloir, avouons-le -- qui en met plein la vue. D'ailleurs, ces passages sont beaucoup plus légers à lire et servent de pause dans l'ornementation du récit.
De même, le passage avec les scientifiques est surprenamment poignant. On ne s'intéresse pas vraiment à eux, on constate, mais parce qu'on échoue dans la mission et parce que justement on constate froidement la logique de ce monde, parce qu'on ne s'apitoie pas vraiment, l'effet est tragique.

Enfin, et c'est notable, la trame est beaucoup plus solide.
Dans la première version, on se contentait de suivre Agratius et Ophélia. Ici, étrangement, le monde vit beaucoup plus, et je pense autant à Saturne qui adapte son cirque aux circonstances qu'à Johannes dont le plan évolue. On a vraiment l'impression que l'histoire progresse et qu'on va quelque part.

J'hésite cela dit à mettre en page avec un espace entre les paragraphes...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: SanKundïnZarathoustra
Propulsé par Kunena