Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Firiond retourna en courant dans sa chambre. Il déshabilla le corps sans vie de l’assassin, lui coupa la tête en le maudissant puis enfila ses habits.

Après avoir jeté le cadavre à l’hydre de son père, il partit en direction du couvent de Khaine avec le coursier noir de l’assassin.

Ainsi déguisé, il entra sans encombres dans le couvent. Il fit conduire son coursier à l’écurie par un esclave humain. Dès qu’il mit pied à terre, un pulpeuse jeune elfe habillée très court vint à sa rencontre.

" Que Kaela Mensha Khaine veille sur toi ami assassin. Limath veut te voir immédiatement. "

Firiond suivit la furie ,après avoir consciencieusement retiré la tête du véritable assassin de ses fontes, dans les dédales du couvent. Partout, des cris de douleurs résonnaient sur les pierres grises des couloirs. Firiond, une expression sadique sur le visage, se délectait des hurlements poussés par ces esclaves torturés.

Après avoir marché dans les entrailles du palais de Khaine pendant un temps qui sembla interminable aux yeux de Firiond, la furie qui l’accompagnait l’introduisit dans une grande éclairée par endroit par des bougie pourpres qui répandaient une faible lumière rougeâtre sur les mur gris foncé. Comparé à la modeste cellule de Firiond dans le manoir de son père, cette endroit paraissait particulièrement austère et froid.

Sortant de la pénombre, une silhouette élancée sortit de l’ombre.

" Salut à toi, Maleus Athorn, fit l’envoûtante créature d’une voix sensuelle. Tu me rapportes la preuve de ton forfait mon ami... ? Sinon...garde.

- Bien sûr, fit Firiond avec un sourire haineux sur les lèvres. Et il jeta illico la tête ensanglantée de l’assassin aux pieds de la Matriarche. Elle pâlit plus encore qu’elle ne l’était à l’instant précédant lorsque elle reconnue le visage de son amant.

- Bien joué. Tu dois être ce jeune sot qui m’a injurié il y a deux jours, lorsque je t’ai enlevé ta fiancée. C’était toi que Maleus devait tué. Nous sommes maintenant tous deux à égalité. J’ai tué ton amour, tu as tué mon amant, dit elle calmement en tirant une dague et une épée de leurs fourreaux. On verra qui gagnera la partie. Mais ce ne sera sûrement pas toi..."

Tirant son épée de sous sa cape, Firiond se jeta sur la femme elfe avec un hurlement de rage. La Matriarche esquiva facilement le coup, leva son épée et l’abattit sur Firiond qui para habilement l’attaque. Il eut juste le temps de faire un pas de côté avant que sa cape ne soit déchirée par la dague de la Matriarche. Le combat de poursuivit pendant plusieurs minutes. Les deux adversaires paraient, attaquaient, esquivaient, lançaient des assauts. C’était un combat très équilibré.

"Mais dis moi, vieille harpie, tu as mal fait les comptes tout-à-l’heure, murmura Firiond en évitant de justesse un coup de la Matriarche.

- C’est possible...

- Celui là, c’est pour mon père !" hurla-t-il en écrasant sa lame sur la tête de la Furie.

Un instant, le corps de la Matriarche resta debout, une expression d’incrédulité sur son visage mutilé. Sa peau lisse d’une pâleur extrême brunie, se rida et se dessécha complètement comme si sa jeunesse gagnée aux prix de vils sacrifices s’échappait instantanément de son corps. Lentement, le cadavre pencha en arrière avant de tomber sur le sol rocailleux, un grand CLING ! métallique accompagnant la chute des armes de la Matriarche.

Connectez-vous pour commenter